Benin News, Informer autrement
Benin News, Web journal d'informations sur le Bénin pour "informer autrement".

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Actu des départements du Bénin (30)
· Culture (3)
· Economie (3)
· Editorial (22)
· Politique (35)
· Pourquoi Benin News ? (1)
· Qui sommes-nous ? (1)
· Société (43)
· Sports (4)

Rechercher
Derniers commentaires Articles les plus lus

· Bénin
· Elections législatives au Bénin
· Situation socio politique au Bénin
· Lancement de “la société du bonheur“
· Vision 2020 de la Cedeao

· Décoration à la Grande chancellerie du Bénin
· Crise à la Fédération béninoise de football (Fbf)
· Election présidentielle au Bénin
· 02 février 2011, les nouvelles du Bénin en brèves
· Visite de Benoit XVI au Bénin en novembre 2011
· Amélioration des performances de l’administration publique
· 08 février 2011, les nouvelles du Bénin en brèves
· Ces jeunes qui se révoltent
· 14 février 2011, les nouvelles du Bénin en brèves
· Arnaque en ligne

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Blogs et sites préférés

· Le Mutateur
· Prix Harubuntu


Statistiques

Date de création : 12.01.2011
Dernière mise à jour : 16.01.2013
142articles


L'église catholique,Parfaite et les fidèles

Publié le 16/01/2013 à 17:28 par beninnews

 

 

L’église catholique dénie à « Parfaite » le droit de se proclamer « Dieu Esprit saint »

 

 

 

Une Béninoise dénommée Parfaite, qui mène une croisade contre « la corruption de l’église catholique et la sorcellerie », s’est autoproclamée incarnation de « Dieu esprit saint, créateur du ciel et de la terre ». Blasphème ! rétorque l’abbé André Quenum, directeur du journal La Croix du Bénin. Les fidèles des deux bords sont partagés.

 

Parfaite-Abbeu0301-Vigan.jpg

Parfaite « Esprit saint incarné » et « l’abbé » Vigan, devenu « 1er pape noir de l’église catholique » en novembre 2012.
Source : 7 au Bénin

 

 

 

 

« Parfaite » est le canal que « Dieu esprit saint, créateur du ciel et de la terre » a choisi en 2009 pour parler au monde entier. C’est en tout cas la conviction de Césaire Agossa. Il fait partie, depuis mai dernier, des13 personnes qui ont été consacrées en tant qu’apôtres de l’Esprit saint qu’ils déclarent « adorer » – et non pas la personne de Parfaite. Il affirme que Dieu fait à travers elle des révélations sur la corruption de l’église catholique et sur les effets néfastes de la sorcellerie au Bénin.

Bien qu’il se considère toujours comme un fidèle de l’église catholique romaine, Agossa affirme vivre « autrement sa foi depuis qu’il est avec Parfaite ». Elle a une « mission messianique de 30 ans pour évacuer le monde des esprits mauvais », continue-t-il.


« Délivrée » d’attaques occultes

 

 

 

Tout a commencé en 2009 à Banamè, un bourg situé à 12 km de Covè, à plus de 100 km de Cotonou, la principale ville du pays. Selon Césaire Agossa, en 2009, Parfaite, alors âgée seize ans et en butte à plusieurs maladies récurrentes, aurait été amenée par son père adoptif sur la paroisse Sainte-Odile-de-Banamè, dont le prêtre exorciste Mathias Vigan était alors le curé. Instituteur de profession et en poste depuis seize ans à Bembèrêkè, au centre du pays, l’homme se serait vu confier la garde de la jeune fille trouvée par des bergers peuhls dans la brousse.

 

Parfaite.jpg

Selon une autre version, une certaine Jeanne Hounwèdo serait la tante de Parfaite qui se prénommerait en fait Vicencia et serait née le 18 avril 1990 à Sakété (sud-est du Bénin) de Raymond Chanvoukini et de Victorine Hounwèdo, décédée quelques mois auparavant. Quoi qu’il en soit, ces deux récits s’accordent sur le fait que Parfaite a été « délivrée » d’attaques occultes par le prélat.

D’autres témoignages concordants attestent que Parfaite a commencé ensuite à délivrer d’autres personnes. Sa renommée se propage rapidement dans la contrée. Ses séances de délivrance deviennent publiques et des milliers de personnes convergent depuis lors vers Banamè. Ses prêches, de plus en plus enflammés, visent directement l’église, qui s’insurge contre sa déité supposée.


Le « décret de suspense » de l’église catholique

 

Le 21 octobre 2011, Eugène Houndékon, évêque d’Abomey, le diocèse qui chapeaute la paroisse Sainte-Odile, publie undécret de suspense de Mathias Vigan. Maisce dernier n’en a cure, puisqu’il porte aujourd’hui le titre de vicaire de l’Esprit saint qui s’incarnerait en Parfaite. Aujourd’hui, la vie de Mathias Vigan se confond à celle de Parfaite.

Pour l’abbé André Quenum, directeur de publication du journal La Croix du Bénin, « il n’y a qu’un seul Jésus-Christ, un seul messie, un seul Esprit saint, un seul Dieu, père, fils et esprit saint qui s’est déjà révélé aux hommes. Aucune femme n’est Esprit saint, aucun homme n’est Esprit saint, aucun autre homme n’est le messie ». En réponse aux prêches de Parfaite, dans lesquels elle dénonce la corruption d’une large partie du clergé, il estime « qu’on ne peut pas se prévaloir du péché réel ou présumé des autres, pour pouvoir diviser davantage l’église ». Il ajoute cependant que « l’Eglise ne rejette pas Parfaite », se disant « prête à aider, elle, le père Mathias Vigan et ceux qui les suivent s’ils le souhaitent vraiment ». Mais il rappelle que « la puissance de Dieu n’est pas dans le spectaculaire, dans la démonstration tapageuse ».

 


Une affluence considérable

 

 

Banamè, ce bourg où Parfaite vit, selon Césaire Agossa, du jeudi au samedi, draine en continu des milliers de personnes. C’était le cas du 15 au 19 août 2012 dans le cadre d’une manifestation intitulée « commémoration du premier anniversaire de la reprise des activités de la mission de trente ans de Banamè par l’Esprit-saint ». Environ 100 000 personnes y auraient participé. Depuis plusieurs mois, elle écume aussi régulièrement les grandes villes ainsi que d’autres contrées éloignées des centres urbains. A chaque fois, l’affluence est considérable.

Dans son public, un savant mélange constitué de personnes qui reconnaissent ne plus être actifs au sein de l’église catholique, et d’autres qui, bien que participant aux rencontres avec Parfaite, continuent à assister régulièrement à la messe. Parmi eux, Eymard, professeur de français dans plusieurs collèges de Cotonou. Ce presque quadragénaire, déclare « avoir été revigoré » par son séjour à Banamè. « Je ne suis pas en rupture de banc avec l’église catholique romaine, mais je ne me reconnais plus en la gestion qu’en fait le clergé au Bénin », ajoute-t-il.

De son côté, Parfaite, malgré ses prêches et ses diatribes contre l’église catholique, se réclame toujours d’elle. Elle a repris à son compte plusieurs de ses prières, car selon ses propos, cette église serait la seule que l’Esprit saint, qui s’incarne en sa propre personne, reconnait.

 


• Dernière minute : Le 17 novembre 2012, le mouvement de Parfaite a désigné Mathias Vigan« nouveau pape pour l’église catholique », sous le nom de Christophe XVIII. Le nouvel élu, présenté comme le « premier Pape noir de l’église catholique », a annoncé « un vaste programme visant à fédérer toute la vaste communauté catholique du monde ».


> A « fédérer » ou à diviser encore plus ?

 

Bernado Houenoussi

 

Article publié le 07 décembre 2012 par Ouvertures

 

 

Sessions politiques du sommet Africités 6 à Dakar

Publié le 08/12/2012 à 10:53 par beninnews

 

Nicéphore Soglo se prononce sur la construction de « l’unité et de l’intégration en Afrique »

 


Hier 07 décembre 2012, dans le cadre de l’ouverture des sessions politiques du sommet Africités de Dakar, une table ronde intitulée,  « Construire l’unité et l’intégration de l’Afrique : quels chemins et quelles étapes, où en sommes en 2012 ? » a été organisée. Nicéphore Soglo, l’ancien président béninois faisait partie des panélistes.

 

 

100_2931.jpg

Nicéphore Soglo lors de la table ronde
Photo : Bernado Houenoussi


Plus de 16 ans après qu’il ait quitté le pouvoir, Nicéphore Soglo, Maire depuis 2003 de Cotonou, la capitale économique du Bénin estime que le thème de cette table ronde est un « vieux problème qu’on peut attaquer sous plusieurs formes ». Tout en soulignant qu’en étant « uni, l’Afrique pourrait rivaliser avec l’Europe », il a déclaré que cette unité pouvait être concrétisé par une approche soit « continentale, régionale ou locale ». Si les Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique (Cglua), préconisent une approche locale, il rappelle que Kwame Nkrumah et Léopold Sedar Senghor ont été les tenants d’une vision continentale pour le premier  ou d’une autre qui partirait des entités régionales pour le second. Mis à part cela, le Maire de Cotonou pense que c’est une erreur de toujours comparer le niveau de développement qu’avait les pays d’Afrique-subsaharienne dans les années 60-70 à celui des pays comme la Corée du Sud ou le Japon à la même époque. En effet, il fait remarquer que ces Etats aujourd’hui développés ont bénéficié d’une construction stratégique que les Etats-Unis ont modélisé parce qu’ils tenaient coûte que coûte à contrer la Chine communiste. Une démarche inspirée directement du plan Marshall que le pays de l’Oncle Sam avait mis au point pour l’Europe au lendemain de la 2ème guerre mondiale. Un plan qui créera le terreau fertile à la mise en place plus tard de la Communauté économique du charbon et de l’acier (Ceca), l’ancêtre de l’actuelle Union européenne (Ue). Bien qu’il ait appliqué les Programmes d’ajustement structurels (Pas) lorsqu’il présidait de 1991 à 1996 le Bénin, il reconnait qu’ils étaient « terribles » et souligne qu’il n’aurait jamais imaginé voir de son « vivant » des pays comme la Grèce, l’Espagne et le Portugal en arrivé à une cure d’austérité, qui est du même acabit. Malgré ce constat qui n’est guère réjouissant, Nicéphore Soglo a tout de même mis l’accent sur des pistes à explorer pour changer la donne actuelle. Elles pourraient valablement s’appuyer selon lui sur l’énergie et l’agriculture. Dans un premier temps il s’agit d’en finir avec le délestage électrique que subit encore bon nombre de pays africains. En second lieu, son idée est de valoriser autrement les terres africaines qui sont de plus en plus vendus à des multinationales. Or, avec ces entreprises occidentales, chinoises ou indiennes qui ont jeté leur dévolu sur ces terres, c’est une opportunité pour sceller un partenariat gagnant-gagnant entre les Etats africains et ces firmes qui se créé. Mais, il revient de nouveau sur le défi de l’unité qui se pose pour l’Afrique, car « il n’y a pas une puissance qui ait les moyens de nous forcer à nous unir ».

 

Bernado Houenoussi


Article publié le 08 décembre 2012 par Africités Dakar-2012 Daily Quotidien


Africités 2012

Publié le 06/12/2012 à 13:22 par beninnews
L'économie populaire et le microcrédit au centre d'un atelier


L’Ong sénégalaise Enda Ecopole, a organisé ce 05 décembre dans le cadre des sessions thématiques du sommet Africités de Dakar, un atelier relatif aux thèmes de l’économie populaire et du microcrédit.


Oumar Tandia, Coordonnateur d'Enda Ecopole


Photo : Bernado Houenoussi


Autour des thèmes de l’économie populaire et du microcrédit, cet atelier a été ponctué par deux phases : la première a été théorique et la seconde pratique. Dans un premier temps, c’est Oumar Tandia, coordonnateur d’Enda Ecopole, qui a décortiqué le thème de l’économie populaire. Il estime ainsi qu’il découle de 06 points qui concernent entre autres le contexte difficile auquel les acteurs de cette économie doivent faire face. En devenant ainsi partie intégrante de cette économie, ils donnent une réponse au chômage et au sous-emploi. Du coup, ils constituent une preuve vivante de la débrouillardise dont font preuve ces groupes qui se forment de facto à travers un génie populaire qu’ils montrent. Cette débrouillardise met aussi en exergue, une autonomie qui ne s’acquiert qu’avec l’effort. Le profil de ces acteurs est diversifié car il va à titre d’exemple des artisans aux vendeurs ambulants. C’est un « champ de créativité inclusive qui se nourrit de leurs apports en permettant une économie créative et d’entraide qui atténue les contraintes sociales et fédère du coup des initiatives innombrables », déclare Oumar Tandia. Mais il en tire des enseignements qui doivent à son avis, consister à promouvoir le renforcement des capacités de ces personnes et perpétuer ces alternatives qui permettent de lutter contre la pauvreté. Outre cela, il a recensé des limites dont la non qualification professionnelle de ces acteurs, un environnement juridico-administrative inadaptée et l’absence d’espaces de dialogue avec les autorités.

La phase pratique

Elle a été étayée par les expériences de plusieurs communes africaines, en matière d’économie populaire et d’octroi de microcrédit, dont les maires sont intervenus lors de cet atelier. Ces expériences ont été possibles, grâce à des programmes destinés notamment aux acteurs de l’économie populaire et aux femmes qui bénéficient principalement du microcrédit. Il y a eu ainsi la présentation de Boubacar Ndoye, Maire de la commune d’arrondissement de Rufisque-est au Sénégal. Il s’est appuyé pour la circonstance sur l’expérience du réseau Suxaat que sa commune et l’Ong Enda Ecopole ont appuyé. Pour Boubacar Ndoye, le contexte était marqué par l’analphabétisme et un déficit de formation qualifiante. Mis en œuvre à partir de 2008, ce partenariat tripartite a concerné 20 Organisations communautaires de base (Ocb). Il s’est traduit par la mise en place de 03 pôles, entre autres relatifs  à l’agroalimentaire, aux multiservices et à l’artisanat d’art ou d’habillement. Ces deux derniers pôles ont concerné notamment des personnes travaillant dans la coiffure, la savonnerie locale et la sérigraphie. Cela a permis de mutualiser les expériences, de renforcer des capacités et de financer des microprojets. Les capacités de productions ont pu être améliorées, les porteurs des initiatives intégrés et un réseau regroupant les 20 organisations communautaires a été mis en place.

Bernado Houenoussi


Article publié le 06 décembre 2012 par Africités Dakar-2012 Daily Quotidien

COMMUNIQUE DE PRESSE HARUBUNTU BENIN

Publié le 02/11/2012 à 19:22 par beninnews

 

 

La valorisation de deux porteurs d’espoir Béninois


banniere-harubuntu-NEW_crop.png

 

 

Pour l’édition 2012 du Prix HARUBUNTU, deux initiatives du Bénin ont retenus l’attention du jury. Il s’agit des initiatives portées respectivement par Madina Kiki et Jude Zounmènou,deux porteurs de richesse et d’espoir pour leur communauté respective. Madina Kiki est Nominée pour le Prix HARUBUNTU 2012 et Jude Zounmènou est primé comme Lauréat, Coup de Cœur du Jury.

 

 

Tiré du Kirundi, une langue du Burundi, HARUBUNTU veut dire « ici il y a de la valeur », car il existe en Afrique une valeur qui mérite d’être promue et connue. Cette valeur s’exprime à travers l’humain, ses valeurs, son parcours, ses expériences et le projet qu’il porte et qui rejaillit indéniablement sur sa communauté.

 

 

Depuis 2008, l’Ong belge Echos Communication en partenariat avec Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLUA) organise le Prix HARUBUNTU qui est destiné à battre en brèche un certain afro-pessimisme.

 

 

Ouvert dans les catégories, Autorité locale, Communication, Entreprenariat et Société Civile, le Prix HARUBUNTU enregistre à chacune de ses éditions plusieurs centaines candidatures en provenance de toutes les ères linguistiques et géographiques de l’Afrique.

 

 

Pour toute information complémentaire, contactez-nous aux numéros suivants :


+229 97 09 49 33ou   +229 95 97 18 09

 

Email: harubuntubenin@gmail.com

Site web:www.harubuntu.org

 

 

Nouveau remaniement technique de l’exécutif

Publié le 16/10/2012 à 12:43 par beninnews

 

Barthélémy Kassa et Sofiath Onifadé ont toujours les faveurs de Boni Yayi

 


Le 12 octobre dernier, le Chef de l’Etat a procédé  à un léger remaniement du gouvernement. Barthélémy Kassa revient au sein d’un gouvernement qu’il avait quitté depuis son élection au parlement en avril 2011. Quant à Sofiath Onifadé, elle gérera désormais le Ministère de l’Industrie et du commerce.


onifade.jpgSofiath Onifadé

Photo :lanouvelletribune.info

 

KASSA.jpgBarthélémy Kassa

Photo : lapressedujour.net

 

 

Depuis son accession à la magistrature suprême en mars 2006, c’est la première fois que Boni Yayi nomme de nouveau l’un de ses anciens ministres au sein du Gouvernement. Celui qui peut s’enorgueillir d’une telle chose, est Barthélémy Kassa. Il est redevenu depuis le 12 octobre dernier, ministre alors qu’il était jusqu’en avril 2011 celui du pétrole. Mieux, en retrouvant de nouveau une place au sein de l’équipe gouvernementale, il dirigera dorénavant un département ministériel dont les prérogatives sont plus étendues que celle du Ministère des Recherches pétrolifères  qu’il dirigeait il y encore une vingtaine de mois. En effet, il assumera les fonctions de Ministre des Mines et de l’énergie. Sofiath Onifadé, lui cède quant à elle ce département ministériel qu’elle occupait depuis avril 2012. 06 mois après son entrée dans le Gouvernement, elle remplace Séfou Madina au Ministère de l’Industrie et du Commerce. C’est donc  le 2ème portefeuille ministériel qu’elle occupe, alors que celle dont elle prend la place subit le même sort qu’Adidjatou Mathis, l’ex-Ministre de l’Economie. Comme celle-ci, Séfou Madina faisait partie de ces personnes qui faisaient leur baptême de feu à la tête d’un ministère, après leur nomination dans le 1er Gouvernement formé par Boni Yayi après sa réélection en mars 2011. Mais contrairement au cas d’Adidjatou Mathis, les raisons qui ont justifié l’éviction de Séfou Madina de l’exécutif n’ont pas été évoquées.

 

Bernado Houenoussi

Article publié le 16 octobre 2012 par le journal Le Mutateur

Sommet Africités VI

Publié le 16/10/2012 à 12:32 par beninnews

 

Le cachet spécial de la rencontre


Depuis sa première édition en 1998 à Abidjan (Côte d’Ivoire), le sommet Africités est devenu progressivement un cadre privilégié de dialogue entre les élus locaux africains et les autres acteurs intervenants  à cet échelon. Bien qu’il s’inscrive dans cette droite ligne, le 6ème sommet Africités qui se tiendra du 04 au 08 décembre prochain à Dakar, se singularise par rapport aux précédents.

Affiche-AFRICITES-6.jpg


Photo : africites.org

 

A côté des sessions thématiques, spéciales et politiques qui ponctuent les sommets Africités,  deux tables rondes et plusieurs évènements spéciaux sont également prévus pour cette édition par les Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique (Cglua), le principal maitre d’œuvre de cette rencontre. L’une de ces tables rondes programmées pour le 04 décembre réunira des prix Nobels sur la thématique suivante : « Quelle place pour l’Afrique dans le monde d’aujourd’hui et de demain ». Intitulée : « Construire l’unité et l’intégration de l’Afrique : quels chemins et quelles étapes, où en sommes-nous en 2012 ? »,la seconde table ronde rassemblera le 07 décembre plusieurs anciens Chefs d’Etat africains. Entre ces deux rendez-vous, les autorités locales d’Afrique auront à travers les évènements spéciaux des rencontres avec leurs homologues d’autres régions du monde. Il est ainsi prévu respectivement les 04, 05 et 06 décembre des rencontres avec les autorités locales de Turquie, de Chine et du Brésil. Le thème du sommet Africités VI est : « Construire l’Afrique à partir de ses territoires : quels défis pour les collectivités locales africaines ? »


Bernado Houenoussi

 

Article publié le 16 octobre 2012 par le journal Le Mutateur

Can 2015

Publié le 16/10/2012 à 12:25 par beninnews

 

Le Bénin a-t-il déjà la Can 2015 en ligne de mire ?

 


Alors que les écureuils étaient absents de la Coupe d’Afrique des nations (Can) qui s’est jouée en janvier dernier au Gabon et en Guinée-Equatoriale et qu’ils sont éliminés pour celle qui se jouera en janvier prochain en Afrique du sud, leur préparation pour la Can de 2015 au Maroc semble ne pas être actuellement la priorité de la fédération.


Equipe-BENIN.jpg Les écureuils du Bénin

Photo : beninfootball.com

 

 

Les écureuils sont toujours en lice pour les éliminatoires de la coupe du monde de 2014 au Brésil. Mais la Fédération béninoise de football (Fbf) doit également mettre sur ses tablettes, un programme cohérent dans le cadre de la préparation de l’équipe nationale pour la Can de 2015 au Maroc. Or, rien ne dessine sur ce point. Bien que cette échéance soit prévue dans deux ans, la phase éliminatoire à l’issue de laquelle les pays qualifiés seront connus démarrera probablement à la fin de l’année 2013. Aussi, si elle s’évertue à mettre d’ores et déjà en place un tel programme, la Fbf montrerait qu’elle a tiré les leçons nécessaires après les écureuils n’aient pas pu se qualifier pour les Can de 2012 et de 2013. Engluée depuis décembre 2010 dans une crise interminable, le climat n’est pas serein entre les acteurs du football béninois alors qu’Anjorin Moucharafou s’accroche avec la bénédiction de l’exécutif au poste de président de la fédération. Bien que la récente qualification des écureuils juniors pour la Can de 2013 en Algérie, lui ait à n’en point douter redonnée du sourire, ses opposants comme une partie du public l’attendent toujours au tournant.

 

Bernado Houenoussi

 

Article publié le 16 octobre 2012 par le journal Le Mutateur

Concours Harubuntu 2012

Publié le 09/10/2012 à 12:42 par beninnews

 

Deux candidats béninois se distinguent

 

 

Depuis 2008 en partenariat avec les Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique (Cglua), l’Ong belge Echos Communication organise le concours Harubuntu. Ce prix valorise chaque année, des projets mis en œuvre par des personnes d’origine africaine et qui y vivent. Cette année, deux candidats béninois se sont particulièrement illustrés.


Jude-Zounmenou_1.jpgJude Zounmènou

 

Kiki-Madina.jpgMadina Kiki

 

 

Jude Zounmènou est l’un des 06 lauréats du concours Harubuntu 2012, tandis que Madina Kiki fait partie des 14 candidats qui ont été nominés avant le choix parmi eux des impétrants de cette année. Depuis 2010, Jude Zounmènou organise à Porto-Novo, le festival : Téni-Tédji, les 72 heures de la marionnette au Bénin. A travers cet évènement, l’association Thakamou Culture Arts qu’il dirige promeut au Bénin l’art de la marionnette. Elle veut en faire notamment un puissant vecteur pour la sensibilisation et l’éducation des populations par le biais de la marionnette. Il s’agit de s’appuyer sur la dérision pour parler des thèmes tels que l’handicap et la vaccination des enfants contre la poliomyélite. Quant à Madina Kiki, elle dirige depuis plus d’une décennie un hôtel à Ganvié, une cité lacustre. Sur les eaux du lac Nokoué, elle a érigé sur de la terre ferme son centre qui propose plusieurs activités destinés aux touristes. Ceux-ci peuvent y manger, y dormir, et acheté des objets artisanaux. Aussi, Madina Kiki entouré par plusieurs enfants orphelins qu’elle a recueillis, est la figure de proue des femmes de Ganvié qui l’a sollicitent régulièrement. Jude Zounmènou et les 05 autres lauréats du concours Harubuntu 2012, recevront leurs prix en marge de la 6ème édition du sommet Africités qui se tiendra du 04 au 08 décembre prochain à Dakar (Sénégal).

 

 

Bernado Houenoussi

 

Article publié le 09 octobre 2012 par le journal Le Mutateur

Les dirigeants des entreprises publiques et la politique

Publié le 09/10/2012 à 12:28 par beninnews

 

Le limogeage de Julien Pierre Akpaki sonne t-il le glas de cette pratique ?


Ejecté le 03 octobre dernier du poste de directeur général de l’Office de radiodiffusion et de télévision du Bénin (Ortb) qu’il occupait depuis janvier 2007,  Julien Pierre Akpaki a toujours montré son allégeance au pouvoir actuel. Alors qu’il était en pointe dans ce mélange des genres qui s’est amplifié depuis quelques années, sa révocation pourrait contribuer au  fait que ce procédé n’ait plus la côte à l’avenir.

 

julien-pierre-akpaki-300x226.pngJulien Pierre Akpaki

Photo : fawazayah.mondoblog.org

 

Organisé dans sa contrée d’origine en tant que directeur d’un office ou d’une entreprise publique, des manifestations à la gloire du Chef de l’Etat pour faire à tue-tête les éloges de celui-ci, n’est plus l’un des gages d’un maintien inconditionnel à la tête de la structure étatique en question. C’est l’une des conclusions qu’on peut tirer, une semaine après le limogeage de Julien Pierre Akpaki. Mais, cela va-t-il inciter les dirigeants des offices et entreprises publics qui s’inscrivent dans le même registre que Julien Pierre Akpaki à changer de fusil d’épaules ? Quoiqu’il en soit, le débarquement de l’ex-directeur général de l’Office de radiodiffusion et de télévision du Bénin (Ortb), est une piqûre de rappel à ceux qui ne voudront pas s’évertuer à s’éloigner dans une certaine mesure des clins d’œil politiques destinés à être dans les bonnes grâces du pouvoir. C’est également un vrai dilemme pour ces personnes, qui doivent perpétuer qu’ils le veuillent ou non une pratique dont ils ne sont pas les dépositaires. En se fondant sur les motifs qui ont justifié cette décision du Gouvernement à l’encontre de Julien Pierre Akpaki, les directeurs des structures étatiques doivent encore accentuer la cadence pour que la gestion qu’ils font soit irréprochable. Présumé innocent des faits qui lui sont reprochés, l’ex-directeur général de l’Ortb permet au chef de l’Etat d’endosser de nouveau son habit de pourfendeur de la corruption, 05 ans après sa marche verte contre la corruption et un an après le vote par le parlement de la loi portant sur la lutte contre la corruption et les autres infractions connexes au Bénin.


Bernado Houenoussi

 

Article publié le 09 octobre 2012 par le journal Le Mutateur

Qualification du Bénin pour la Can juniors 2013

Publié le 09/10/2012 à 12:06 par beninnews

 

Les écureuils donnent du baume au cœur d’Anjorin Moucharafou


Les joueurs béninois ont décroché ce 07 octobre à Dakar (Sénégal), leur billet pour la Coupe d’Afrique des nations (Can) juniors 2013 qui se jouera en Algérie. Alors qu’il est toujours contesté en tant que président de la Fédération béninoise de football (Fbf), Anjorin Moucharafou savoure d’ores et déjà cette nouvelle.

 

moucharaf.jpg Anjorin Moucharafou


Photo : lanouvelletribune.info

 

Cette qualification des écureuils, est une occasion inespérée pour Anjorin Moucharafou pour clamer haut et fort que sa politique à la tête de la Fédération béninoise de football ((Fbf) va dans le bon sens. Or cette politique est vouée aux gémonies depuis décembre 2010, où 12 des 15 membres du comité exécutif de la Fbf ont démissionné. Près de 02 ans après le début de cette crise qui plombe toujours l’atmosphère entre les acteurs du football béninois, cette performance des juniors béninois est un éclairci dans un ciel qui demeure toujours nuageux pour Anjorin Moucharafou. En effet, il doit son maintien à la tête de la Fbf au Gouvernement, qui s’est de fait opposé à l’application de la décision rendue en juillet dernier par la Cour d’appel. Celle-ci ayant estimé que, Victorien Attolou était le seul à se prévaloir du titre de président de la Fbf. Réélu en 2009 à la tête de la fédération de football, le mandat d’Anjorin Moucharafou s’achève en 2013. C’est dire donc que les hostilités vont reprendre de plus bel dans quelques mois entre ces deux hommes qui cristallisent sur leurs personnes, deux visions diamétralement opposées pour le football béninois.

 

Bernado Houenoussi

 

Article publié le 09 Octobre 2012 par le journal Le Mutateur


DERNIERS ARTICLES :
L'église catholique,Parfaite et les fidèles
    L’église catholique dénie à « Parfaite » le droit de se proclamer « Dieu Esprit saint »       Une Béninoise dénommée Parfaite, qui mène une croisade contre « la corru
Sessions politiques du sommet Africités 6 à Dakar
  Nicéphore Soglo se prononce sur la construction de « l’unité et de l’intégration en Afrique »   Hier 07 décembre 2012, dans le cadre de l’ouverture des sessions politi
Africités 2012
L'économie populaire et le microcrédit au centre d'un atelier L’Ong sénégalaise Enda Ecopole, a organisé ce 05 décembre dans le cadre des sessions thématiques du somme
COMMUNIQUE DE PRESSE HARUBUNTU BENIN
    La valorisation de deux porteurs d’espoir Béninois     Pour l’édition 2012 du Prix HARUBUNTU, deux initiatives du Bénin ont retenus l’attention du jury. Il s’agit
Nouveau remaniement technique de l’exécutif
  Barthélémy Kassa et Sofiath Onifadé ont toujours les faveurs de Boni Yayi   Le 12 octobre dernier, le Chef de l’Etat a procédé  à un léger remaniement du gouvernement.